Marathon de New York : un défi contre le diabète

Marathon de New York : un défi contre le diabète

Vanessa Marchand s'est donnée deux ans pour atteindre son objectif. - Vanessa Marchand s'est donnée deux ans pour atteindre son objectif.Vanessa Marchand s’est donnée deux ans pour atteindre son objectif. – Vanessa Marchand s’est donnée deux ans pour atteindre son objectif.Vanessa Marchand s’est donnée deux ans pour atteindre son objectif.
Vanessa Marchand s’est donnée deux ans pour atteindre son objectif.
Alors qu’elle n’a “ jamais couru ”, Vanessa Marchand a décidé de s’aligner sur la mythique course en 2017. Un défi pour la cause du diabète.
Si j’arrive à quatre pattes, tant pis ! Pour tout dire,Vanessa Marchand n’imagine même pas une seule seconde ne pas franchir la ligne d’arrivée du marathon de New York. Un défi, prévu au mois de novembre 2017, d’autant moins anecdotique que « je n’ai jamais couru de ma vie », reconnaît la Romorantinaise de 38 ans qui a chaussé ses baskets de course pour la toute première fois en septembre, cette année.

De 5 à 42 kilomètres…

Son moteur : le Réseau Santé Nutrition Diabète 41, qu’elle espère pouvoir soutenir grâce à sa performance et plus généralement le diabète, une maladie avec laquelle elle a dû apprendre à vivre au cours des 25 dernières années. « Bien sûr il y a plus grave comme maladie, mais un diabète mal géré a des conséquences », insiste celle qui a été diagnostiquée à l’âge de 12 ans à peine.
Afin d’être prête pour le jour J, « l’année de mes 40 ans », précise-t-elle, Vanessa Marchand s’impose désormais trois entraînements hebdomadaires, à Longueville. « J’ai trouvé un coach qui m’envoie un plan d’entraînement toutes les semaines », explique aussi l’apprentie athlète qui a couru ses « premiers 5 kilomètres dimanche dernier ».
« C’est un projet que j’ai décidé seule et que j’ai envie de mener seule ». Seule au moment de parcourir ses 42 kilomètres sur le macadam de la « grosse pomme », la nouvelle adepte du footing a tout cas mis la barre très haut. Son ambition : « arriver dans les 20.000 premiers coureurs, sachant qu’il y en a à peu près 50.000. » Afin de monter progressivement en puissance, la Romorantinaise, salariée d’un magasin de presse de la ville, a d’ores et déjà inscrit plusieurs courses à son planning des prochains mois : les Foulées de La Source (Loiret), le 10 avril prochain, et la boucle de 10 km sur la course du château de Vincennes en juin.
Vanessa Marchand sait que jusqu’à New York 2017, un chemin long sinueux l’attend encore. « Bien sûr, il y a des jours où c’est compliqué, mais il m’en faudrait beaucoup plus pour me décourager ».
A côté des muscles et du défi sportif, son esprit est focalisé sur l’objectif : « Faire parler du diabète et du syndrome des jambes sans repos, une maladie très peu connue dont je souffre depuis 10 ans ». Un moyen, aussi, de « remercier les gens qui m’accompagnent depuis longtemps », glisse-t-elle.

source http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Communes/Romorantin-Lanthenay/n/Contenus/Articles/2016/03/23/Marathon-de-New-York-un-defi-contre-le-diabete-2662452

Laisser un commentaire