New York ce marathon incroyable

Il y a maintenant 3 mois, j’étais sur le départ du marathon de New York, un défi relevé a la force du mental et avec une envie extraordinaire de passer cette ligne d’arrivée pour mon premier marathon.

Il est exactement 4h30 du matin , a peine après avoir dormi 2 heures du a l’excitation , le stress et l’envie de savoir si mon diabète et moi nous allions bien nous entendre , le bus nous emmène au départ du village de Staten Island , il est a peu près 6h15, l’attente va être longue puisque mon départ est prévu  11h

Les coureurs passent le temps comme ils peuvent, certains dorment, on a des boissons chaudes , du solide assez dégoutant, je n’ai quasiment pas mangé…

C’est enfin l’heure du départ , la foule est dense , je suis impressionnée , mon tout premier marathon , et la je me dis « mais qu’est ce que je fais la » … Je fais connaissance rapidement avec une femme et sa fille qui le courent ensemble, elle me rassure, il n’y a plus qu’a courir et surtout prendre du plaisir , ALLEZ GOOO c’est parti

Je m’aperçois tout de suite que beaucoup de coureurs le font pour le plaisir et non pour le chrono, certains s’arrêtent rapidement pour prendre des selfies …

L’ambiance est extraordinaire, on me l’avait dit , mais il faut y être pour le vivre, les gens nous tendent leur main , les enfants nous encourage un max

Je suis a peu près dans les temps jusqu’au 15 ème kms , je m’arrête fréquemment pour boire et certains NewYorkais , nous amènent a manger, ca c’est vraiment chouette… Je fais ce marathon toute seule , mais pas le temps de ruminer , est ce que ca va? est ce que j vais pouvoir le terminer, les kms défilent , moi qui n’avais jamais fais plus de 20 kms, je sais que je ne ferais pas de records mais que j’arriverai au bout.

Un peu avant le 30 ème kms , une émotion assez indescriptible m’envahit, les larmes coulent pendant deux minutes, c’est une fierté , cette fierté qui me dit , tu vas arriver au bout de ce rêve , mon diabète c’est bien comporté , ma glycémie oscille entre 0,80 et 1,40g

 

A partir du 30 ème  kms , je me partagerais entre marche et course , avec un sachet de glace dans ma genouillère 🙂 , mieux vaut prévenir que guérir, je m’autorise une photo avec ce jeune pompier pour le souvenir

Les encouragements , l’ambiance, le mental mais surtout la rage et la hargne d’aller au bout m’ont aider …

J’arrive enfin a Central Park , le plus long je pense…

Je crois que je suis née a ce moment la, la ou j’ai enfin cru que mes rêves pouvaient se réaliser, cette chance exceptionnelle de pouvoir faire ce challenge, malgré les hauts et les bas, cette envie de se dépasser , mais surtout de croire en soi, « WHEN YOUR LEGS ARE TIRED, RUN WITH YOUR HEART »

https://www.facebook.com/courirfaceaudiabete/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *